De fils en fils la vie se faufile

DSCF0851

 

réseaux de filaments sinueux ramifications de fibrilles effilochées alvéoles gonflées de veinules ruisselantes la ligne de vie se tend de vaisseaux filandreux en artères déroulées circulation de canaux ondulants filons fluides se faufilant page d’écriture (dédié à Michel Butor 2006)

Les pierres respirent

DSCF0854

 

« Tous ces putains de rochers, des os pour passer les chausses à sec. »

« Il les contemple fièrement, crânes de mammouth de pierre amoncelés. Lumière dorée sur la mer, le sable , les enrochements , le soleil est là, les maisons citrons. »

Troupeaux de cachalots échoués sous le midi brûlant. Ils crachent soubresauts boiteux sur les bancs de sable. »

 

DSCF0855

 

la terre explose en nébuleuse

la matière affolée

pétille et fourmille

les corps solides

se dispersent, éclaboussent et se condensent

substances lointaines

constellations en ébullition

page d’écriture

( hommage à Michel Butor 2006)

Les algues s’épanouissent en jupons alanguis

 

P1020103

 

algues gluantes divagant en algorythmes dégoulinants algues anguilleuses alanguies fleurs s’ouvrant femme dénudée relevant son pièce aquatique

RESSEMBLANCES DECHIRANTES

galons, volants, festons, résilles, torsades, franges, frissons de satin tendres ou rageurs enroulements de velours souples ou serrés, banderoles en volutes nerveuses, oriflammes échevelés lanières effilochées écheveaux  emmêlés et alanguis vagues de rubans bondissant, page d’écriture ( hommage à Michel Butor 2006)

Tout se transforme : l’eau écrit des lignes

DSCF0849

 

La lisière du trouble

l’eau flue, reflue,

éclaboussure , giclure

gonflée de matière trop lourde

elle s’effondre en dégoulinures lascives

en chutes ruisselantes

mares et flaques au contours incertains

se répandent en nappes irisées

qui s’écoulent, dérivent, inondent

le pays de la plage

le pays de la page

page d’écriture

( Hommage à Michel Butor 2006)

 

 

Ecoute le murmure de l’informe

 

DSCF0902 - Copie (2)

 

INELUCTABLE MODALITE DE L’AUDIBLE

ça sonne pas toc

She trudges, schlepps, trains, drags, trascines her load . A tide westering, moondrawn in her wake. Tides, myriad islanded, within her. (James Joyce)

Elle trimarde , schleppe, traîne, tire, trascine sa charge. Une marée qui rampe à l’ouest tirée par la lune la suit. Marées en elle avec des myriades d’îles, sang qui n’est pas le mien. ( traduction Valery Larbaud)

Elle hale, schleppe, traîne, poulle, trascine sa charge. Marée faisant cap à l’ouest remorquée par la lune. Marée émaillée de myriades d’îles en elle. ( traduction Pascal Bataillard)

His lips lipped and mouthed fleshless lips of air : mouth to her womb. OOMB, allwombing tomb. His mouth moulded issuing breath unspeeched : OIEEEHAH : roar of cataractic planets, globed, blazing, roaring, waywaywaywaywayway. (JJ)

Il faisait la moue et ses lèvres effleuraient et mâchonnaient de fictives lèvres de vent : bouche à son ventre. Antre, tombe où tout entre. Du moule de sa bouche son souffle sortait des sons inarticulés OO…HII…HA grondement d’astres en trombe, ronds brandons qui grondent voya voya voya voya voyage. (VL)

Ses lèvres se délivraient de murmures, embouchures pour la bouche sans chair de l’air , bouche posée sur sa bouchuutteruse. Gravitombre, m’accouche ma triste tombe. Lèvres moules chuintant  des souffles d’air sans paroles. OOHEEHAA grondement de cataracte des planètes orbées s’embrasant, grondant, voye voye voye voye voyage. ( PB)

In long lassoes from the lock lake the water flowed full covering green goldenly lagoons of sand rising, flowing. (JJ)

Du lac de Cock, l’eau fluait à  force de longs lassos , recouvrait l’or vert des îlots de sable, s’enflait, fluait. (VL)

Dessinant de longs lassos du lac Cock affluait l’eau, grosse, recouvrant des lagons de sable vert-dorant, montant, affluant . (PB)

Listen a fourworded wavespeech : SEESSO HRSS RSSEEISS OOOS, vehement breath of waters amid seasnakes, rearing horses, rocks. In cup of rocks it slops: FLOP, SLOP, SLAP : bounded in barrels. And spent, its speecheases. It flowspurling widely flowing, floating foampool, flower infurling . (JJ)

Attention un discours en quatre mots du flot : SIISOU, HRSS, RSSEEISS, OUASS. Souffle véhément des eaux parmi les serpents de mer, des chevaux cabrés, des rocs. Dans des tasses de rochers le flot flaque FLIC FLAC FLOC bruit de barils. Et répandu sons discours tarit. Il flue en murmure, largement il flue flottantes flaques d’écume, fleurs qui se déploient. (VL)

Ecoute : discours de l’onde en quatre mots : SISSOUHH, HRSS, RSSIIESS, OOHHS. Souffler véhément des mots au milieu des serpents de mer, des chevaux cabrés, des rocs. Dans les cuvettes des rochers ça ressort, coule, sort, saoule: mis en barrique . Puis tari son discours s’épuise. Le flux gazouille, flue , énorme, flaques d’écume qui flottent, fleurs s’ouvrant. (PB)

Under the upswelling tide he saw the writing weeds lift languidlyand sway reluctant arms, hising up their pettioats in whispering water swaying and upturning coy silver fronds. Day by day. Night by night : lifted flooded and let fall. (JJ)

Sous l’influence du flux il voyait les algues convulsées s’élever avec langueur, balancer des bras qui éludent quand leurs cotillons les troussent, balancer dans l’eau chuchotante et lever de timides frondes d’argent. Jour après jour, nuit après nuit: soulevées, inondées, laissées à plat. (VL)

Noyées sous le flot qui enfle il voit les algues se tordre, s’élever alanguies et balancer des bras troussant leurs jupons à contrecoeur dans l’eau chuchotante elles balancent et emplissent d’émoi les timides frondes d’argent. Jour après jour. Nuit après nuit: soulevées, noyées, laissées en rade. Seigneur, elles sont lasses et soupirent au premier chuchotement . (PB)

l’audible crée le visible

le son  donne le sens

la poésie est une musique concrète,

le baiser bleu de lèvres balbutiantes éblouies