MAGICIENNES ET SORCIERES * Bella Cohen

La porte s’ouvre et Bella Cohen, massive maîtresse de bordel, entre. Elle est vêtue d’une robe ivoire trois quart à l’ourlet frangé de ganse à pompons et s’évente avec un éventail de corne noire comme Minnie Hauck dans Carmen. A sa main gauche elle porte une alliance et un jonc. Ses yeux sont profondément charbonneux. Elle a des poils de moustache. Son visage olivâtre est lourd, transpire un peu, avec un grosnez et des narines colorées orange. Elle porte de longs pendants d’oreilles en béryl.

Son grand éventail vanne l’air près de son couvisage et de son embonpoint échauffés. Ses yeux de faucon étincellent.

Bello, cheveux à la Ninon, bajoues pourpres, cercles gras de moustache autour de sa bouche rasée, molletières de montagnard, veste verte à boutons d’argent, jupe sport et chapeau alpin avec plume de coq de bruyère, mains plongées dans les poches de son pantalon .

MAGICIENNES ET SORCIERES * Kitty Ricketts

Kitty Ricketts une prostituée osseuse et blême en costume marin, gants de daim retroussés pour montrer un petit bracelet de corail, une aumonière en mailles métallique à la main, assise sur la bord de la table, balance une jambe et s’observe dans le miroir doré sur le manteau de la cheminée. Une attache de dentelle de son corset dépasse un peu sous sa veste.

Kitty Ricketts baisse la tête. Son boa se déroule, glisse, file sur épaule, dos, bras, chaise jusqu’au sol. Lynch soulève de sa baguette la chenille entortillée. Kitty s’encouleuvre le cou, se niche.

MAGICIENNES ET SORCIERES * Zoé Higgins

Zoé Higgins, une jeune prostituée en combinaison saphir fermée par trois boucles de bronze, un mince collier de chien de velours noir autour du cou fait un signe de tête, dégringole l’escalier et l’accoste.

Murmurant une mélopée avec la musique, ses lèvres d’odalisque délicieusement enduites d’onguent de graissedeporc et d’eauderose.

Elle s’étire pour allumer la cigarette à la flamme, la faisant lentement tourner, dévoilant les touffes brunes des aisselles. Lynch avec son tisonnier soulève hardiment sa combinaison d’un côté. Nue au dessus de ses jarretières, sa chair semble sous le saphir d’un vert ondine. Elle tire tranquillement sur sa ceigarette.

LA LISIERE DU TROUBLE * les formes informes informent * Léopold défiguré

Dans la devanture du coiffeur Gillen, un portrait composite lui montre l’image du valeureux Nelson. Un miroir concave sur le côté lui présente le délaisséperdu lugubreo Booloohoom. Le grave Gladstone le voit face à face, Bloom pour Bloom. Il passe frappé par le regard fixe du terrible Wellington mais dans le miroir convexe ricanent défrappés les yeux porcins et les grasdoubles grossesjoues de pétulantpopold le rixdix DOPOLD.