Catégorie : Vent, courants d’air et envols /

Midi – Rendez-vous au centre

P1030331

AU COEUR DE LA METROPOLE HIBERNIENNE

Devant la colonne Nelson les trams ralentissaient, aiguillaient, changeaient de trolley, partaient pour Blacrock, Kingstown et Dalkey, Clonskea, Rathgar et Terenure, Palmerston park et upper Rathmines, Sandymount Green, Rathmines, Ringsend et Sandymount Tower, Harold’s Cross.Le contôleur enroué dela Dublin United Tramway Company les lançait en beuglant : Rathgar et Terenure ! Allons-y ! Sandymount Green !

A droite et à gauche, parallèles tintant sommant un tram à impériale et un tram simple quittaient leur terminus, déviaient vers leur  ligne, glissaient parallèles. JJ

IN THE HEART OF THE HIBERNIAN METROPOLIS

Right and left parallel clanging ringing a double-decker and a sigledeck moved from their railheads, swerved to the down line, glided parallel. JJ

LE CENTRE QUI REND POSSIBLE L’ORIENTATION

S’alléger

P1030059

 

Annuler la chute des corps, inverser la gravité, résister au poids, résister au poids des jours, s’envoler

 

« C’était où ce gars que j’ai vu en photo quelque part ? Ah oui, dans la mer morte qu’il flottait sur le dos, lisant un livre sous un parasol déployé. Impossible de couler même si on le voulait : tellement épais avec tout ce sel. Parce que le poids de l’eau, non le poids du corps plongé dans l’eau est égal au poids de quoi  ? Ou est-ce le volume qui est égal au poids ? C’est une loi quelque chose comme ça. C’est quoi le poids au juste quand on dit le poids ? Trente deux pieds par seconde. Loi de la chute des corps : par seconde, par seconde. Tout tombe par terre. La terre. La force de gravité de la terre c’est le poids . » JJ

 

Choisir la contemplation

 

P1030031

Choisir la contemplation

 » Dolce far niente. Ne remuant pas le petit doigt de la journée. Dorment six mois sur douze. Trop torride pour chercher querelle. Influence du climat . Léthargie. Fleurs de l’oisiveté. C’est l’air qui nourrit tout… Ne plus errer sans fin. Simplement se prélasser là . Tranquillité du crépuscule : laisser courir. Oublier. Suit un soupir : silence, long long long repos. « 

Protée se fait forme et déforme

 

DSCF0852

 

 » L’immortel Protée , le prophète d’Egypte qui connaît de  la mer entière les abîmes; … il te dirait la route, la longueur des trajets et comment revenir sur la mer aux poissons…

Quand le soleil tournant là-haut touche au zénith, on voit sortir du flot ce prophète des mers; au souffle du zéphyr qui rabat les frissons de sa noire perruque, il monte et va s’étendre au creux de ses cavernes; en troupe, autour de lui, viennent dormir les phoques de la Belle des Mers qui sortent de l’écume, pataugeant, exhalant l’acre odeur des grands fonds…

En parcourant leurs rangs, il va compter les phoques; quand il en aura fait cinq par cinq, la revue, près d’eux il s’étendra comme dans son troupeau d’ouailles un berger. C’est ce premier sommeil que vous devez guetter. Alors ne songez plus qu’à bien jouer des bras; tenez le quoi qu’il tente: il voudra s’échapper, prendra toutes les formes, se changera en tout ce qui rampe sur terre, en eau, en feu divin; tenez le sans mollir!…Mais lorsqu’il en viendra à te vouloir parler, il reprendra les traits que vous lui aurez vus en son premier sommeil; c’est le moment seigneur: laissez la violence, déliez le vieillard et demandez lui quel dieu vous crée des embarras.

Avec des cris nous nous précipitons, toutes nos mains l’étreignent. Mais le vieux n’oublie rien des ruses de son art. Il se change d’abord en lion à crinière, puis il devient dragon, panthère et porc géant; il se fait eau courante et grand arbre à panache. « 

HOMERE

trouver son chemin dans l’indistinct et donner forme à l’informe

formes de l’informe, scènes d’un monde flottant