Catégorie : Ombres et momies

LES MORTS VIVENT * Rudy Bloom – le fils de Bloom

Devant le mur sombre apparaît lentement une silhouette, un garçon féerique de onze ans, enfantéchangé, kidnappé, en complet d’Eton, avec des chaussures de verre et une petit heaume en bronze, tenant un livre à la main. Il lit de droite à gauche de manière inaudible, souriant , baisant la page.

Rudy croise sans le voir le regard de Bloom et continue à lire, à baiser, à sourire. Il a un visage délicat et mauve. Sur son complet il a des boutons de diamant et de rubis. Dans sa main gauche libre il tient une mince canne d’ivoire avec un noeud de ruban violet. Un petit agneau blanc dépasse de la poche de son gilet.

LES MORTS VIVENT * Lipoti Virag * le grand-père de Bloom

Lipoti Virag, basilicogrammate dégringole rapidement par le tuyau de la cheminée et fait deux effets de jambe balourds vers la gauche sur des échasses roses. Il est saucissonné dans plusieurs pardessus et porte un mac intosh brun sous lequel il tient un parchemin roulé. Dans son oeil gauche étincelle le monocle de Cashel Boyle O’Connor Fitzmaurice Tisdall Farrell. Sur sa tête est perché un pschent égyptien. Deux plumes dépassent de ses oreilles.

Virag en chefoiseau bleustrié emplumé en panoplie de guerre avec sa sagaie, piétine à grandspas des faînes et des glands dans un bosquet de roseaux crépitant.

LES MORTS VIVENT * Paddy Dignam

Le chien bigle lève le museau montrant le visage scorbutique de Paddy Dignam. Il exhale une haleine putride charognarde. Il grandit et prend taille humaine. Son pelage devient un vêtement mortuaire brun. Son oeil vert lance un éclair, injecté de sang. La moitié d’une oreille, tout le nez et les deux pouces ont été goulalavés.

LES MORTS VIVENT * May Dedalus née Goulding – la mère de Stephen

La mère de Stephen, émaciée s’élève rigide directement du plancher, en gris lépreux avec une couronne de fleurs d’oranger fanée et un voile de mariée déchiré, son visage usé et sans nez, vert de moisissure tombale. Sa chevelure est rare et raide. Elle pose ses orbites creuses cerclées de bleu sur Stephen et ouvre sa bouche édentée pour prononcer un mot silencieux. Un choeur de vierges et de confesseurs chante sans voix…avec le subtil et dément sourire de la mort… approchant un peu plus, soufflant doucement sur lui son haleine de cendres mouillées… un petit filet de bile verte suintant à la commissure de ses lèvres… avec des yeux de braise : Repens-toi ! Oh le feu de l’enfer …

Son visage s’approchant toujours davantage projetant une haleine cendrée, ekke élève lentement son bras droit desséché et noirci en direction de la poitrine de Stephen et tend un doigt : Prends garde à la main de Dieu….

ENTREE DANS L’ILLIMITE * LES MORTS VIVENT * Ellen Bloom née Higgins – la mère de Bloom

Ellen Bloom en toquet noué de dame de pantomime, en crinoline et tournure de la veuve Twankey, chemisier avec manches gigot boutonné derrière, mitaines grises et brochecamée, cheveux tressés dans un filet crépiné, apparaît derrière la rampe de l’escalier, un bougeoir incliné à la main et s’écrie, alarmée et stridente : Oh Saint Rédempteur, que lui ont-ils fait ! Mes sels ! Elle prend un ris dans sa jupe et fouille la bourse de son jupon écru et rayé. Un fiole, un Agnus Dei, une pomme de terre ratatinée et une poupée en celluloïd en tombent.