Catégorie : Métamorphoses /

LES CHIMERES * Le tram-dragon

Il regarde à droite et à gauche, soudain fonce en avant . Dans la brume qui se lève un dragon sablière avançant précautionneusement vire lourdement vers lui, son énorme phare rouge clignotant, son trolley sifflant sur le fil. Le conducteur frappe son gongàpied. Le frein craque violemment. Bloom levant une main blancgantée de policier, traverse maladroitement raide la voie. Le conducteur projeté en avant nezpaté, sur le volantdecommande, hurle en glissant près de lui sur chaînes et tringles.

LES CHIMERES * L’homme qui rit

( Mâchoires claquantes, cabriole ici et là, roule des yeux, avec des cris aigus, des bondskangourous bras écartés pour saisir puis tout d’un coup fait jaillir sa face sans lèvres dans la fourche de ses cuisses. ) Il vient ! C’est moi ! L’homme qui rit ! L’homme primigène ! ( Il tourne et tournoie sur lui-même avec des hurlements de derviche . ) Sieurs et dames faites vos jeux ! ( Il s’accroupit en jonglant. De minuscules planètes de roulette s’échappent de ses mains.) Les jeux sont faits ! ( Les planètes foncent toutes ensemble avec des craquements crépitants.) Rien ne va plus ! ( Les planètes, légers ballons, se gonflent ey s’envolent au loin. Il bondit dans le vide.)

LES CHIMERES * Madame Breen

Madame Breen en manteau de ratine avec de grandes poches à soufflet, debout sur la chaussée, ses yeux fripons grandouverts souriant de toutes ses grandes dents d’herbivore.

Madame Breen en robe de bal d’une seule pièce réalisée en bleu clairdelune, diadème clinquant de sylphe sur le front avec son carnetbal tombé près de sa mule en satin bleulune.

La chouette petite toque d’étamine avec l’aile d ‘oiseau de paradis.

AVENEMENT DE L’INDISTINCT * FLUX ET MELANGES * LES CHIMERES * Madame Dignam

Madame Dignam, femme veuve, nez camus et joues enfiévrées par le bavardage funèbre, les larmes et le sherry ambré de chez Tunney, passe précipitamment en vêtements de deuil, bonnet de travers, se carminant et se poudrant les joues, les lèvres et le nez, mère cygne houssepillant sa couvée. Sous sa jupe apparaît le pantalon de tous les jours de feu son mari et ses souliers à bouts relevés quarante-trois fillette. Elle tient à la min une police d’assurance de Scottish Widow et un immense parapluietente sous lequel sa couvée l’accompagne

MAGICIENNES ET SORCIERES * Bella Cohen

La porte s’ouvre et Bella Cohen, massive maîtresse de bordel, entre. Elle est vêtue d’une robe ivoire trois quart à l’ourlet frangé de ganse à pompons et s’évente avec un éventail de corne noire comme Minnie Hauck dans Carmen. A sa main gauche elle porte une alliance et un jonc. Ses yeux sont profondément charbonneux. Elle a des poils de moustache. Son visage olivâtre est lourd, transpire un peu, avec un grosnez et des narines colorées orange. Elle porte de longs pendants d’oreilles en béryl.

Son grand éventail vanne l’air près de son couvisage et de son embonpoint échauffés. Ses yeux de faucon étincellent.

Bello, cheveux à la Ninon, bajoues pourpres, cercles gras de moustache autour de sa bouche rasée, molletières de montagnard, veste verte à boutons d’argent, jupe sport et chapeau alpin avec plume de coq de bruyère, mains plongées dans les poches de son pantalon .