Catégorie : Lieux communs et stéréotypes /

LES DIATRIBES DU CITOYEN : EXALTER LA TRADITION ET LES HAUTS LIEUX DE L’IRLANDE

P1090455

 

Le voile mortuaire merveilleusement brodé, ce trésor inestimable de l’Antique Irlande attribué à Salomon de Droma et Manus Tomaltach og MacDonogh, auteurs du livre de Ballymote, fut alors déployé avec précaution et suscita un murmure prolongé d’admiration  Il n’est pas nécessaire d’insister sur la beauté légendaire de ses quatre coins, un sommet de l’art où l’on peut précisément distinguer chacun des quatre évangélistes présentant à chacun des quatre maîtres, son symbole évangélique, un sceptre en chêne fossile, un puma d’Amérique du Nord ( un roi des animaux bien plus noble que le modèle britannique, soit dit en passant), un veau de Kerry et un aigle de Carrantuihill. Les scènes représentées sur le champ pituitaire, nos anciens duns et raths, nos cromlechs, nos grianauns, nos hauts lieux de savoir et nos pierres des maudits sont aussi merveilleusement belles et les coloris aussi raffinés que du temps où les enlumineurs de Sligo laissaient libre cours à leur imagination esthétique, il y a si longtemps, du temps des Barmécides, Glendalough, les lacs charmants de Killarney, les ruines de Clonmacnois, l’abbaye de Cong, Glen Inagh et ses Douze Signes, l’oeil de l’Irlande, les vertes collines de Tallaght, Croagh Patrick, la brasserie de MM.Arthur Guinness fils & Cie (ltd), les bords du lac Neagh, la vallée d’Ovoca, la tour d’Iseut, l’obélisque de Mapas, l’hôpital de Sir Patrick Dun, le cap Clair, le glen d’Aherlow, le château de Lynch, le Scotch House, l’Asile de Nuit de Rathdown à Loughlinstown, la prison de Tullamore, les rapides de Castleconnell, Kilballymacshonakill, la croix de Monasterboice, le Jury’s Hotel, le Purgatoire de saint Patrick, le Saut du Saumon, le réfectoire du collège de Maynooth, le trou de Curley, les trois lieux de naissance du premier duc de Wellington, le rocher de Cashel, la tourbière d’Allen, les Magasins d’Henry street, la grotte de Fingal,toutes ces scènes émouvantes sont encore présentes là pour nous, rendues encore plus belles par les flots de larmes qui y furent versés et par les riches incrustations du temps.

LES SIRENES

UN OEIL DE FEMME HUMIDE MATRICIEL REGARDAIT DERRIERE UNE BARRIERE DE CILS CALMEMENT A L’ECOUTE. CHAQUE FOIS QUE SA POITRINE SATINEE SE SOULEVAIT COMME UNE VAGUE ( SON HOULEUX EMBOMP.) LA ROSE ROUGE AU MEME RYTHME S’ELEVAIT ET SOMBRAIT ROSE ROUGE. SON COEUR BATTANT SON SOUFFLE SOUFFLE DE VIE ET LES FRELES FRONDAISONS DE SA TOISON S’AGITAIENT.

LA COULEUR DU SON : FRAPPER LES TOUCHES DU CLAVIER

p1080876.jpg

NOIRES LES NOTES  /  BLANC LE SON / NOIR LE SATIN DE LA BLOUSE /  BLANCS LES DESSOUS / NOIR L’OEIL DE BLOOM / BRONZE BLANCHEUR /  NOIRES : O RONDE S CROCHE  / CREME LES FEUILLES DE  VELIN  / NOIR LE CHAT PRUDENT  /  BLANC BLANC BEBLANC BLANC MARIN HEROIQUE / NOIR TIENT CHAUD /    BLANC LE VISAGE  / NOIRE LA DENTELLE  / BLANCHE LA PAGE / NOIR BROYE / BLANC LE CORPS DE LA FEMME / NOIRS LES ACCORDS TRESFONDSONNANTS /  BLANC LE BATON D’EMAIL FRAIS / NOIR LE CANOTIER DU  MARIN