Catégorie : Irlande /

Apprendre de l’histoire : Pyrrhus un héros qui échoue

 

DSCF0925

 

Pyrrhus, le héros dont les victoires sont également des échecs,

Pyrrhus , un héros , pas un stratège : il dispersait ses efforts et ne savait pas ménager sa trésorerie,

Pyrrhus , un héros  incapable d’unir les grecs qui continuaient à se battre entre eux alors qu’ils auraient pu vaincre Rome ( la campagne d’Italie de Pyrrhus fut leur seule chance )

Pyrrhus, un héros qui ne parvient pas à empêcher que la Grèce finisse par être vaincue par Rome

Pyrrhus comme archétype du héros  ( celui dont le destin est d’être trahi et de périr) ?

Pyrrhus ou une image des irlandais face aux anglais ?

 

Faire le tour de l’omphalos

9 - P1010888

Ici et maintenant – l’omphalos – le centre du monde – le centre du moi un cercle cerné par l’indistinct – une île – une bulle  aqueuse – un ventre le point de départ et d’arrivée le point de rencontre du pli de  l’espace et du temps le passé se retournant en miroir du futur et se racontant au présent et inversement l’ultime

 

Le fils sans père

P1020054 - Copie

Dedalus a plusieurs mères

une mère morte, la mer vivante et  la mère patrie

mais Dedalus n’a pas de père

un fils sans père

un fil sans suite

Dedalus cherche un père

Dedalus cherche un pair

Dedalus cherche l’impair , 1 + 1 = 1

Stephen Dedalus est le fils Icare

et aussi Dedale le père

ou le fils retourné en père

La mer fait le bruit du ventre

 

 

P1020064 - Copie

P1020064

 

EST-CE QUE LA MER N’EST PAS UNE MERE GRANDE ET DOUCE ? demande Buck Mulligan La mer est froide jour et nuit lui répond Stephen dans « Portrait de l’artiste ». La mer est froide jour et nuit mais la nuit elle est plus froide près de la maison de son père. La mer fait le bruit du ventre, sourd et lointain.On la voit loin mais elle est à l’intérieur de nous. La mer digère. Elle est le ventre qui digère  les débris , les rochers et les noyés. Cette mer verte et glaireuse, c’est le ventre de la mère agonisante.

Des yeux, pâles comme la mer fraîchissante sous le vent, plus pâles, assurés et prudents. Souverain des mers, son regard se portait vers le sud, par dessus la baie, vide à l’exception du panache de fumée du paquebot-poste qui se dessinait vaguement sur l’horizon lumineux, et d’une voile tirant des bords du côté des Muglins.