Catégorie : Histoire et histoires /

INVENTAIRE des métamorphoses de Bloom * Bloom femme esclave

Le jour tu feras tremper et frotteras nos sous-vêtements malodorants également quand nous les dames sommes indisposées, et fauberderas nos latrines avec jupes retroussées et torchon attaché à la queue… tu feras les lits, prépareras mon bain , videras les podchambres dans les diverses chambres…

La nuit tes mains bracelétées bien enduites de crème seront protégées par des gants à quarantetrois boutons, boutons frais poudrés de talc, le bout des doigts délicieusement parfumé… mes gars seront assurément charmés de te voir ainsi pareille à une dame…Quant ils viendront ici pour enterrer leur vie de garçon et caresser ma nouvelle attraction à hauts talons dorés… Gonfle la poitrine. Souris . Fais moi tomber ces épaules.Quelles sont les offres ? Pour ce lot . Dressé par le propriétaire pour chercher et rapporter panier dans la gueule…

INVENTAIRE des métamorphoses de Bloom * Bloom séducteur

Henry Flower entre par le fond à gauche et fait deux pas glissés en direction du centre, à l’avant et à gauche . Il porte une cape sombre et un sombrero à plumes au bord tombant. Il tient un dulcimer marqueté à cordes d’argent et une pipe Jacob à long tuyau en bambou dont le fourneau en terre représente une tête de femme. Il porte des chausses en velours sombre et des escarpins à boucle d’argent. Il a le visage d’un sauveur romantique à longue chevelure, à barbe clairsemée et moustaches. Ses molletscoq et ses pieds de moineaux sont ceux du ténor Mario, Prince de Candie. Il remet en place sa fraise gaufrée et humecteses lèvres en y passant sa langue amoureuse.

INVENTAIRE des métamorphoses de Bloom * Bloom imperator

Des femmes très nombreuses séduisantes et enthousiastes se suicident elles aussi en se poignardant, en se noyant, en buvant de l’acide prussique, de l’aconit, de l’arsenic, en s’ouvrant les veines, en refusant de manger, en se jetant sous un rouleau compresseur, du haut de la colonne Nelson, dans la grande cuve de la brasserie Guiness, en s’asphixiant, en en se mettant la tête dans un fouràgaz, en se pendant à l’aide de jarretières de grand luxe, en sautant par les fenêtres de différents étages.

UN MAL.ENTENDU – CELA VA SANS DIRE

Et si je lui avais parlé. Pour lui dire quoi ? Jamais un bon plan que de commencer la conversation sans savoir comment la finir . Posez une question, elles vous en posent une autre. Bon truc quand on est à court. Ca gagne du temps. Mais alors on peut se trouver bête.

C’est le début le plus difficile.Voir la façon dont elles bottent en touche quand ce n’est pas ce qui leur convient.

Manifester un désir de fou, puis y renoncer en gémissant que c’est pour son bien. Ca les flatte.