Catégorie : Dormeurs et gisants /

BLOOM OU L’OSCILLATION * ICI ET AILLEURS * lit / tombeau

Où se trouvaient chacun des divers membres du groupe avec qui Bloom à l’appel de ces cloches s’était rendu de Sandymount au sud à Glasnevin au nord ?

Martin Cunningham (au lit), Jack Power (au lit), Simon Dedalus (au lit), Ned Lambert (au lit), Tom Kernan (au lit), Joe Hynes (au lit), John Henry Menton (au lit), Bernard Corrigan (au lit), Patsy Dignam ( au lit), Paddy Dignam ( au tombeau)

COMPTER * compter les moutons

En tant que physicien, il avait appris que sur les 70 années d’une vie humaine complète, au moins 2/7, à savoir 20 années sont consacrées au sommeil. En tant que philosophe, il savait qu’au terme de toute vie assignée seule une partie infinitésimale de désirs de chacun a été réalisé. En tant que physiologiste il croyait à la conciliation artificielle des agents malins opérant pour l’essentiel au cours de la somnolence.

INVENTORIER * inventaire d’émotions

Le Queen’s Hotel, Ennis, comté de Clare, où Rudolph Bloom ( Rudolph Virag) mourut le soir du 27 juin 1886 à une heure non précisée, en conséquence d’une overdose de napel (aconit) auto-administrée sous la forme d’un liniment névralgique composé de 2 parties de liniment d’aconit pour 1 partie de liniment chloroformique ( acheté par lui à 10 heures 20 le matin du 27 juin 1886 à la pharmacie de Francis Dennehy, 17 Church street, Ennis) après avoir , bien que pas en conséquence d’avoir acheté à 3 heures 15 de l’après-midi du 27 juin 1886, un nouveau canotier en paille, particulièrement chic ( après avoir bien que pas en conséquence d’avoir acheté à l’heure et à l’endroit mentionnés plus haut, le toxique mentionné plus haut), dans le grand magasin de tissus de James Cullen, 4 Main street, Ennis.

juin A mon cher fils Léopold …

Quels lambeaux de phrases furent évoqués à la lecture de ces cinq mots entiers ?

Demain, cela fera une semaine que j’ai reçu… Il ne sert à rien Léopold d’être…avec ta chère mère … qu’il n’est pas plus à supporter … à elle … tout pour moi est terminé … sois gentil avec Athos Léopold… mon cher fils … toujours … de moi … das Herz …Gott… dein …

Quelles réminiscences d’un sujet humain souffrant d’une mélancolie progressive ces objets évoquèrent-ils à Bloom ?

Un vieil homme, veuf , hirsute, au lit, la tête couverte soupirant, un chien infirme Athos, aconit auquel il recourait par doses croissantes de grains et de scrupules comme palliatif à une névralgie recrudescente, le visage dans la mort d’un septuagénaire, suicide par empoisonnement

LES MORTS VIVENT * May Dedalus née Goulding – la mère de Stephen

La mère de Stephen, émaciée s’élève rigide directement du plancher, en gris lépreux avec une couronne de fleurs d’oranger fanée et un voile de mariée déchiré, son visage usé et sans nez, vert de moisissure tombale. Sa chevelure est rare et raide. Elle pose ses orbites creuses cerclées de bleu sur Stephen et ouvre sa bouche édentée pour prononcer un mot silencieux. Un choeur de vierges et de confesseurs chante sans voix…avec le subtil et dément sourire de la mort… approchant un peu plus, soufflant doucement sur lui son haleine de cendres mouillées… un petit filet de bile verte suintant à la commissure de ses lèvres… avec des yeux de braise : Repens-toi ! Oh le feu de l’enfer …

Son visage s’approchant toujours davantage projetant une haleine cendrée, ekke élève lentement son bras droit desséché et noirci en direction de la poitrine de Stephen et tend un doigt : Prends garde à la main de Dieu….