Catégorie : Dedans et dehors /

HOME IS HOMME * le salon

Décrivez les modifications effectuées dans la disposition du mobilier

Un canapé tapissé en panne prune qui faisait face à la porte avait été déplacé près de la cheminée à proximité de l’Union Jack roulé serré (une modification qu’il avait voulu fréquemment opérer) : la table marquetée en carreaux de majolique bleus et blancs avait été placée en face de la porte à l’endroit libéré par le canapé de panne prune : le buffet de noyer (dont un angle saillant avait momentanément fait obstacle à son entrée) avait été déplacé de sa position près de la porte et placé dans une position plus avantageuse mais plus périlleuse en face de la porte : deux sièges avaient été déplacés de la gauche et de la droite de l’âtre et installés à l’endroit originellement occupé par la table marquetée en carreaux de majolique bleus et blancs.

Décrivez les.

L’un : une bergère trapue rembourrée aux larges accoudoirs épais et au dossier incliné vers l’arrière qui, repoussé en rebond, avait alors retourné la frange irrégulière d’un tapis rectangulaire et exhibait à présent sur son siège amplement tapissé une décoloration centrale qui décroissait en se diffusant. L’autre : une chaise mince aux pieds obliques faite de courbes cannées luisantes, placée directement en face du précédent, son armature, du haut à l’assise et de l’assise à la base, vernie en brun sombre, son assise un éclatant cercle blanc en jonc tressé.

Qu’est ce qui occupait la position originellement occupée par le buffet ?

Un piano droit (Cadby) au clavier visible avec, sur son cercueil fermé, une paire de longs gants jaunes de femme et un cendrier émeraude contenant quatre allumettes brulées, une cigarette partiellement fumée et deux bouts décolorés de cigarette, avec, sur son pupitre, la partition de « L’ancien chant des doux amants » en sol naturel pour voix et piano ( paroles de G. Clifton Bingham, composition de J.L Molloy, chanté par Madame Antoinette Sterling) ouverte à la dernière page sur les indictions finales ad libitum forte, pédale, animato, pédale tenue, ritirando, fin.

Son action suivante ?

Dans une boîte ouverte sur la table marquetée en majolique il prit un minuscule cône noir d’un pouce de haut, posa sa base circulaire sur une petite assiette en étain, posa son bougeoir sur le coin droit du manteau de la cheminée, sortit de son gilet la feuille pliée d’un prospectus (illustré) intitulé Agendath Netaïm, déplia celle-ci , l’examina superficiellement, la roula en un mince cylindre, l’alluma à la flamme de la bougie…

Quels objets homothétiques, autres que le bougeoir, se trouvaient sur le manteau de la cheminée ?

Une pendule en marbre veiné de Connemara, arrêtée à 4.46 du matin le 21 mars 1896, cadeau de noces de Matthew Dillon, un arbre nain d’arborescence glaciale sous un abat-jour-cloche transparent, cadeau de noces de Luke et Caroline Doyle, une chouette embaumée, cadeau de noces de l’adjoint Hooper.

(R)ENTRER * retouver un monde différent, en désordre

Décrivez les modifications effectuées dans la disposition du mobilier ?

Avec quelles sensations Bloom contempla-t-il en rotation ces objets ?

Avec effort en soulevant un bougeoir, avec douleur en sentant sur sa tempe droite une tumescence confuse, avec attention en concentrant son regard sur un passif massif et morne et un actif svelte et vif, avec sollicitation en se penchant pour redresser la frange retournée du tapis…

(R)ENTRER

L’homme réapparut-il ailleurs ?

Après un délai de 4 minutes la lueur de sa bougie devint perceptible à travers l’imposte en verre semi-circulaire semi-transparente située au-dessus de la porte d’entrée. La porte tourna graduellement sur ses gonds. Dans l’encadrement vide l’homme réapparut sans son chapeau avec sa bougie.

En tant que citoyen sans clé et compétent il était passé énergiquement du l’inconnu au connu à travers l’incertitude du vide.

(R)ENTRER * introduire la clé pour pénétrer à l’intérieur

En introduisant la tige d’une clé ruginée mâle dans le trou d’une serrure instable femelle, en effectuant une prise sur l’anneau de la clé et en tournant son panneton de droite à gauche pour retirer le pêne de sa gâche, en tirant vers l’intérieur par à-coups une porte dégondée obsolescente et en révélant une ouverture permettant libre issue ou libre accès.

SE RETROUVER CHEZ SOI * une lumière au bout du chemin

Quel signe lumineux visible attira le regard de Bloom, lequel attira celui de Stephen ?

Au deuxième étage (arrière) de sa maison (celle de Bloom) la lumière d’une lampe à pétrole avec abat-jour oblique projetée sur l’écran d’un store à rouleau fourni par Franck O’Hara, fabricant de stores pour fenêtres, de tringles de rideaux et de volets à rouleau, 16 Aungier street.

Comment élucida-t-il le mystère d’une personne séduisante, invisible, sa femme Marion (Molly) Bloom, dénotée par un splendide signe visible, une lampe ?

Par allusions ou affirmations indirectes et directes : par affection et admiration atténuées : par description : par empêchement : par suggestion.

SE RETROUVER CHEZ SOI * monter et atterrir

La décision de Bloom ?

Un stratagème. Posant ses pieds sur le petit muret, il escalada la grille de la courette, enfonça son chapeau sur sa tête, s’agrippa à deux points inférieurs d’intersection des traverses et des montants, fit graduellement descendre son corps de sa hauteur de cinq pieds neuf pouces et demi jusqu’à deux pieds dix pouces du dallage de la courette, et laissa son corps se mouvoir librement dans l’espace en se détachant de la grille et en se ramassant sur lui-même pour se préparer à l’impact de la chute.