Catégorie : Calendrier /

S’évader

DSCF0914

 

Heures du soir, jeunes filles voilées de gris. Puis heures nocturnes, avec dagues et loups. Idée poétique rose, puis dorée, puis grise, puis noire. Pourtant la vie c’est comme ça. Après le jour vient la nuit.

JJ

Molly en dame

DSCF1153

 

Pourrais imaginer une saynète. Par M. et Mme L.M. Bloom. Inventer une histoire à partir d’un proverbe. Lequel ? L’époque à laquelle j’essayais de noter sur ma manchette ce qu’elle disait en s’habillant. N’aime pas qu’on s’habille ensemble. Me suis écorché en me rasant. Elle se mordait la lèvre inférieure en agrafant la fente de sa jupe. Je la chronométrais. 9.15 Roberts ne t’a toujours pas payé. 9.20 Que portait Greta Conroy ?9.23 Qu’est-ce qui m’a pris d’acheter ce peigne ? 9.24 Ce chou m’a ballonnée…

Alain  Frontier l’a fait : un livre entier : PORTRAIT D’UNE DAME ( ed Al dante) ; le projet de Bloom du 18/01/1982 au 27/12/1984

16 JUIN 1982

13 H 29 J’espère qu’il ne fera pas ce temps-là la semaine prochaine quand j’irai mettre du chameau dans Honfleur!

14 H 11 Je vais plus rien dire. T’as intérêts à noter parce que c’est la dernière chose que je dis. Après tu mettras : FIN

16 H 57 Le fond noit, tout de suite,ça met en valeur

16 H 58 Christian, quand même, devrait nous en faire un deuxième

16 H 59 Ce D n’est pas droit

17 H      En fait j’en ai trois petits et trois grands

17 H 01 Le Boutibonnes, ce n’est pas possible

17 H 03 Un jour je m’achèterai un Polaroïd quand même

17 H 14 Oh là là !ces nuages noirs !…

17 h 17 On peut tout mettre sous verre

17 h 31 Je me demande s’il a fait un brouillon

17 h 45 Faudra que je fasse une oeuvre d’art avec ce fer à repasser. C’est pas évident.

17 H 50 Si j’avais été courageuse, j’aurais tiré ça …

18 h       Si seulement ils avaient conscience de ce qu’ils écrivent!…

18 h 01 Qu’est ce que je pourrais inventer d’autre alors ?

18 H 02 Il me faudrait encore quelques idées pour finir l’année

18 h 04 Si j’étais restée plus longtemps, j’aurais peut-être fini par les dérider

18 h 10 Je cultive quand même bien les roses

18 h 20 Il y a longtemps qu’on a pas fait une promenade le soir

19 h 06 Je me sens complètement extérieure à ce truc là.

 

Episode 3

DSCF1160

chapitre 3

heure 3 du récit

un chiffre magique

en équilibre instable

un triangle

l’homme, la femme, l’enfant

le passé, le présent, l’avenir

la naissance, la vie, la mort

la tresse du temps

le père, le fils, le saint esprit

Léopold Bloom, Stephen Dedalus, James Joyce

la tresse des fils

la moitié d’un 8

la moitié d’un infini debout

 

Le livre d’histoire : le livre des morts 3

 

 

P1020121

 

Le 16 juin 1904, Bencyan ROZENBERG  avait 5 ans . A-t-il soufflé ses 5 bougies sur un gâteau, ce petit garçon qui venait de Sycow en Pologne et qui est devenu tailleur, 159 rue de Saint Maur à Paris ?

Le 16 juin 1904, Milly BLOOM a 15 ans .

Rudolph BLOOM est mort à 11 jours en 1893.

Rachel ZALKINOW n’était pas encore née.

Le livre d’histoire : le livre des morts 2

 

P1020118P1020117

 

Ecrire dans le livre de l’histoire

UNE LISTE DE 999 NOMS

999 vies effacées

un secret irréductible

un innommable innommé

un passé qui ne passe pas

Ecrire des nom pour réanimer la perte

contre les trous de mémoire

élever des tours de noms

confier à demain

une brassée de noms à préserver

LISTES ET REGISTRES ( 2011 – Extrait)

Le livre d’histoire : le livre des morts 1

P1020120

 

P1020119

 

P1020116

dans le livre d’histoire : des héros, des guerriers

dans la mémoire : le roman des morts

le récit des momies

le blanc a brûlé les cendres

dans l’effondrement des temps

le ciel ne s’en souvient pas

reste : la forme du nom

dans les allées de fleurs fanées

chaque nom meurt en silence

un nom deux dates

dans l’espace béant

s’invente encore la biographie

cheminant et rêvant ces vies

recopiant les noms, les dates,

archivant les listes

LISTES ET REGISTRES ( 2011 – Extrait)

La mère morte

DSCF0943

La mère de Stephen Dedalus, Marie Jane Murray est morte d’un cancer le 13 août 1903.

(La mère de James Joyce, Marie Goulding est morte d’un cancer le 26 juin 1903.)

« Une souffrance qui n’était pas encore une souffrance d’amour lui rongeait le coeur. Silencieusement, elle était venue à lui après sa mort, son corps dévasté flottant dans ses vêtements mortuaires de bure d’où émanait une odeur de cire et de bois de rose, son haleine qui s’était penchée sur lui, muette, pleine de reproches, une faible odeur de cendres mouillées. A travers le bord élimé de sa manchette, il apercevait cette mer saluée comme une grande et douce mère.

Un bol de porcelaine blanche était resté près de son lit de mort qui avait recueilli la bile verte et glaireuse arrachée à son foie pourrissant dans des accès bruyants de vomissements ponctués de gémissements.

IT’S ONLY DEDALUS WHOSE MOTHER IS BEASTLY DEAD.

Réduit au silence par l’effroi et la pitié, je suis allé à son chevet. Elle pleurait dans son lit misérable. Ses yeux vitreux, fixes, surgis de lamort pour secouer, plier mon âme. Sur moi seul … Ses yeux braqués sur moi pour m’abattre.

NON MERE LAISSE MOI ETRE ET LAISSE MOI VIVRE.

NO MOTHER LET ME BE AND LET ME LIVE.

Ses lobes cérébraux ne fonctionnement pas. Elle appelle le docteur et cueille des boutons d’or sur son édredon

She picks up buttercups off the quilt. » ( sur la croix)