Catégorie : Bateaux et radeaux /

Tracer un itinéraire

 

DSCF1143

 

UN POINT DE DEPART : GIBRALTAR , l’origine, le paradis perdu, un jardin, le début de l’exil,

PUIS le lac Tibériade, Kinnereth, la Turquie, Jaffa, l’Espagne, la Méditerranée, le Levant

SUR LE PARCOURS : un amer, un re-père, un port provisoire avec son phare la colonne Nelson,

DUBLIN : Saint Georges Church, Ecole Saint Joseph, Dorset Street, Eccles Street, North Circular Road

Un lit radeau depuis Gibraltar

DSCF1149

 

Au clair de lune, lune de ciel nocturne violet

symphonie de musique concrète pour chaud et profond soupir

grincement de l’armoire

craquements des souliers

miaulements de la chatte

cliquètements des anneaux de cuivre desserrés

instruments à cordes : un chezplusquoi, des tympanons et les jarretières neuves de Molly.

Instrument à corde . Ecoute.

La chambre : le pays du lit

DSCF0889

 

 » Il entendit alors un chaud soupir profond, plus léger, tandis qu’elle se retournait et que les anneaux de cuivres desserrés cliquetaient. Dois vraiment les faire resserrer. Dommage. Tout ce chemin parcouru depuis Gibraltar. Oublié le peu d’espagnol qu’elle savait. Me demande combien son père l’a payé. Modèle ancien. Ah oui bien sûr. L’a acheté à la vente aux enchères du gouverneur. Lui a été prestement adjugé. Sacrément dur en affaires, le vieux Tweedy. Oui, monsieur. C’était à Plevna. Je sors du rang, monsieur, et j’en suis fier. Pourtant il a été assez futé pour faire sa pelote avec les timbres… les timbres, images au derrière collant. » JJ

FACE A FACE LA CHAMBRE DE LA MERE MORTE ET LA CHAMBRE DE LA FLAMME VIVE

Voir la mort

DSCF1119

 

Dans le sommeil le signe humide sonne son heure, la prie de se lever. Lit nuptial, lit d’enfantement, lit de mort, cierge funèbre. Omnis caro ad te veniet. Il approche, pâle vampire, à travers la tempête ses yeux, sa voilure de chauve-souris ensanglante la mer, lèvres collées à mes lèvres.

Voici épingle-moi ce gaillard, veux-tu bien ? Mes tablettes. Bouche volant le baiser. Non il en faut deux. Ensemble cousus main. Lèvres collées à mes lèvres.

Déplaçant dans le ciel ses hauts espars, un trois-mâts, voiles mises en croix, rentre au port, remontant le courant, se déplaçant en silence, vaisseaux silencieux.

La mer fait le bruit du ventre

 

 

P1020064 - Copie

P1020064

 

EST-CE QUE LA MER N’EST PAS UNE MERE GRANDE ET DOUCE ? demande Buck Mulligan La mer est froide jour et nuit lui répond Stephen dans « Portrait de l’artiste ». La mer est froide jour et nuit mais la nuit elle est plus froide près de la maison de son père. La mer fait le bruit du ventre, sourd et lointain.On la voit loin mais elle est à l’intérieur de nous. La mer digère. Elle est le ventre qui digère  les débris , les rochers et les noyés. Cette mer verte et glaireuse, c’est le ventre de la mère agonisante.

Des yeux, pâles comme la mer fraîchissante sous le vent, plus pâles, assurés et prudents. Souverain des mers, son regard se portait vers le sud, par dessus la baie, vide à l’exception du panache de fumée du paquebot-poste qui se dessinait vaguement sur l’horizon lumineux, et d’une voile tirant des bords du côté des Muglins.