Catégorie : Ailleurs, loin, au-delà /

Dormir , s’ombrer, sombrer

 

P1030068

« Pendant qu’ils échangeaient des paroles entre eux, Arété aux bras blancs avait dit aux servantes d’aller dresser un lit dans l’entrée et d’y mettre ses plus draps de pourpre, des tapis par dessus et des feutres laineux pour les couvrir encore. Les servantes sorties torche en main de la salle, avaient diligemment garni les bois du cadre.  »

« Notre hôte, lève-toi… et viens ! Le lit est prêt. A ces mots, combien douce au héros d’endurance fut la pensée du lit. Il s’en fut, ce divin Ulysse, reposer sur le cadre ajouré.  » HOMERE

S’allonger

 

P1030067

Choisir l’horizontalité , Bouddha plutôt que Jésus Christ

« Bouddha leur dieu allongé sur le flanc au musée. Se la coule douce, la joue reposant sur la main. Bâtons d’encens allumés . Pas le style Ecce Homo. Couronne d’épine et croix.  »

Se faire homme vague et vaguer au creux de la mer morte.

 

S’alléger

P1030059

 

Annuler la chute des corps, inverser la gravité, résister au poids, résister au poids des jours, s’envoler

 

« C’était où ce gars que j’ai vu en photo quelque part ? Ah oui, dans la mer morte qu’il flottait sur le dos, lisant un livre sous un parasol déployé. Impossible de couler même si on le voulait : tellement épais avec tout ce sel. Parce que le poids de l’eau, non le poids du corps plongé dans l’eau est égal au poids de quoi  ? Ou est-ce le volume qui est égal au poids ? C’est une loi quelque chose comme ça. C’est quoi le poids au juste quand on dit le poids ? Trente deux pieds par seconde. Loi de la chute des corps : par seconde, par seconde. Tout tombe par terre. La terre. La force de gravité de la terre c’est le poids . » JJ

 

Choisir la contemplation

 

P1030031

Choisir la contemplation

 » Dolce far niente. Ne remuant pas le petit doigt de la journée. Dorment six mois sur douze. Trop torride pour chercher querelle. Influence du climat . Léthargie. Fleurs de l’oisiveté. C’est l’air qui nourrit tout… Ne plus errer sans fin. Simplement se prélasser là . Tranquillité du crépuscule : laisser courir. Oublier. Suit un soupir : silence, long long long repos. «