UNE VILLE – LA NUIT * des formes titubantes

Un terrassier ivre se tient des deux mains à la grille d’une courette titubant pesamment. A un coin de rue, deux veilleurs de la rondenuit en pèlerine mains sur leur étuimatraque surgissent, immenses.

Une assiette se brise : une femme hurle : un enfant geint. Jurons d’un homme rugissent, bredouillent, cessent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s