LA SURVIE DE LA LANGUE 7

A LA MANIERE DE THOMAS CARLYLE

L’air du dehors est imprégné de moite rosée pluviale, céleste essence de vie qui brille là sur le pavé de Dublin, sous le caelum clairstellé. L’air sacré, l’air du Père Universel, l’air scintillant, circumambiant, cessile. Aspire le jusqu’en tes profondeurs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s