LES SIRENES

UN OEIL DE FEMME HUMIDE MATRICIEL REGARDAIT DERRIERE UNE BARRIERE DE CILS CALMEMENT A L’ECOUTE. CHAQUE FOIS QUE SA POITRINE SATINEE SE SOULEVAIT COMME UNE VAGUE ( SON HOULEUX EMBOMP.) LA ROSE ROUGE AU MEME RYTHME S’ELEVAIT ET SOMBRAIT ROSE ROUGE. SON COEUR BATTANT SON SOUFFLE SOUFFLE DE VIE ET LES FRELES FRONDAISONS DE SA TOISON S’AGITAIENT.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s