L’ORCHESTRE : LES OBJETS

Chaises musicales. Nous les deux derniers. Le destin.

Les élégantes chaussures fauve de Flam Boylan craquaient sur le plancher du bar.

Toc toc . Un jeune aveugle, un jouvenceau, avec une canne qui toque arrivait en toctoctoquant devant la vitrine.

Même peigne et papier de soie on peut en sortir un air.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s