AU SERVICE DU DIEU DES BIBLIOTHEQUES : UN GRAND PRETRE

p1060206

« Etincelles dans le regard, son crâne fauve tout près de sa lampe de bureau couronnée de vert, en quête du visage, d’une barbe dans l’ombre vert plus sombre, un ollav, regard inspiré. »

« La quiétude envahit soudain la discrète cellule voutée, quiétude d’une atmosphère chaude et rêveuse. Une lampe de vestale. » JJ

DES HOMMES FEUILLES, HOMMES ARBRES ENFERMES.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s