A la rencontre des morts – 2 –

P1030128

 

La première ombre qui vint fut l’ombre d’Elpénor. Il n’avait pas encore sa tombe sous la terre, au bord des grands chemins ; son corps était toujours au manoir de Circé.

ELPENOR : – Ce qui causa ma mort, c’est moins le mauvais d’une divinité qu’un trop coup de vin ; au lieu d’aller tourner par le grand escalier, je marchai devant moi, tombai et me rompis les vertèbres du col; mon âme descendit aux maisons de l’Hadès.  HOMERE

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s