Rêver de l’Alhambra

 

P1030030

« Au côté de la cour, on voit un grand jardin, avec ses quatre arpents enclos dans une enceinte. C’est d’abord un verger dont les hautes ramures, poiriers et grenadiers et pommiers aux fruits d’or et puissants oliviers et figuiers domestiques,  portent sans se lasser ni s’arrêter leurs fruits… L’hiver comme l’été, toute l’année ils donnent … Plus loin chargé de fruits, c’est un carré de vignes dont la moitié sans ombre, au soleil se rôtit, et déjà l’on vendange et l’on foules les grappes … Enfin les derniers ceps bordent les plates bandes du plus soigné des potagers, vert en toute saison, il y coule deux sources ; l’une est pour le jardin qu’elle arrose en entier et l’autre sous le seuil de la cour se détourne vers la haute maison . »

HOMERE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s