Tout se transforme : l’eau écrit des lignes

DSCF0849

 

La lisière du trouble

l’eau flue, reflue,

éclaboussure , giclure

gonflée de matière trop lourde

elle s’effondre en dégoulinures lascives

en chutes ruisselantes

mares et flaques au contours incertains

se répandent en nappes irisées

qui s’écoulent, dérivent, inondent

le pays de la plage

le pays de la page

page d’écriture

( Hommage à Michel Butor 2006)

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s