Une accumulation de débris

DSCF1113

 

« Un relent de tabac et de renfermé planait sur le bureau avec l’odeur du cuir terni et écorché des sièges. Sur la desserte, le plateau avec les monnaies des Stuarts, vil trésor d’une tourbière : et toujours. Et douillettement installés dans l’écrin à cuillers en peluche pourpre, fanée, les douze apôtres qui portèrent dans le monde entier la parole aux gentils ; et dans les siècles des siècles. »

 

« Et maintenant sa chambre forte pour l’or. La main gênée de Stephen s’avançait sur les coquillages entassés dans le froid mortier de pierre : buccins et cauris et rhombes : et celui-ci en vortex comme un turban d’émir, et celui-ci, une coquille Saint-Jacques. Trésor amassé par un vieux pélerin, magot défunt, coquillages vides. »

 

DSCF1116

 

« Stephen s’assit sans bruit devant la présence princière. Tout autour de la pièce des portraits encadrés de chevaux disparus rendaient hommage, portant haut leurs têtes dociles : Repulse à Lord Hastings,Shotover au duc de Westminster, Ceylon au duc de Beaufort, pris de Paris 1866. Il voyait leur rapidité, misant sur couleurs du roi, et mêlait ses acclamations aux acclamations des foules disparues. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s